Michel, nouvel entraîneur de l'OM,
"je veux continuer à écrire la grande 'histoire de l'OM"

Míchel rejoint le Real Madrid à l'âge de treize ans, et gravit peu à peu les échelons du club.
Tout en continuant de jouer pour le Castilla, il fait sa première apparition avec l'équipe première du Real au cours de la saison 1981-1982.

A partir de 1984, à 21 ans, il devient au fur et à mesure des années un cadre important de l'équipe première du Real Madrid et fait partie de la fameuse Quinta del Buitre avec Emilio Butragueño, Miguel Pardeza, Manolo Sanchís et Rafael Martín Vázquez (qui a joué à l'OM en 1992/1993).

De 1985 à 1994, il a été un des joueurs espagnols les plus importants ayant permis, au cours de ces années, au Real de remporter six championnats (1986 à 1990) et deux Coupe UEFA consécutives (1985 et 1986).
.
Il restera au Real jusqu'en 1996, à 33 ans.
Après une blessure importante en 1994-95, il réalise cependant une excellente dernière saison au Realet finit au club mexicain de l'Atlético Celaya avec Butragueño. Il prend finalement sa retraite sportive la saison suivante.

Míchel a fait ses débuts pour la sélection espagnole en 1985 contre l'Autriche.
66 sélections pour un total de 21 buts.

Il participe à la Coupe du monde 1990 en Italie, avec un triplé contre la Corée du Sud (3-1)

Entraîneur

Lors de l'été 2005, il est nommé entraîneur du Rayo Vallecano et l'année suivante, il retourne dans son club formateur s'occuper de la formation et devient également entraîneur du Real Madrid Castilla, comme Zizou.

Le 27 avril 2009, Míchel est nommé entraîneur du club madrilène de Getafe jusqu'à la fin de la saison en remplacement de Víctor Muñoz et évite la relégation lors de la dernière journée.
Avec une sixième place la saison suivante, meilleure performance du club en championnat.
Il quitte le club un an plus tard.

Le 6 février 2012, il devient le nouvel entraîneur de Séville FC, en remplacement de Marcelino, ce dernier ayant été limogé.

Le 1er février 2013, il est embauché par l'Olympiakos avec qui il remporte le championnat grec à deux reprises ainsi que la Coupe de Grèce.
Il emmène aussi l'Olympiakos en huitièmes de finale de la Ligue des champions 2013-2014 où ils seront éliminés par Manchester United.
Le 6 janvier 2015, il est démis de ses fonctions, en raison de mauvaises relations avec le conseil d'administration.

Il rend hommage à ses joueurs et aux supporters dans une lettre diffusée sur le site Internet du club.
«Après avoir quitté le terrain d'entraînement pour la dernière fois et avoir dit au revoir à mes joueurs ainsi qu'aux employés du club qui m'ont fait me sentir chez moi ici pendant plus de deux ans, je n'ai pas pu retenir mes larmes, écrit Michel.
Vous allez me manquer. Je repars chez moi, mais une part de moi restera ici. J'ai été très heureux ici et j'en garderai d'excellents souvenirs. Je pars impressionné par la taille de ce club, la merveilleuse ville d'Athènes, et par ce pays qui m'a accueilli et m'a fait sentir chez moi.
Je n'oublierai jamais ces nuits au stade et l'incroyable ferveur des fans. Mes jambes tremblent lorsque je repense à leurs chants.»

Après l’introverti Marcelo Bielsa, Michel est un homme sociable, très fort en communication.

Il adore les 10, il en était presqu'un même s'il portait le 8.
«Les 10 ont toujours été des footballeurs cérébraux.
Ils ont le spectacle dans leur tête, ils amusent les stades et donnent vie à la circulation du ballon. (…)
En Espagne, on dit souvent: "Dis-moi quel 10 tu as et je te dirai comment joue ton équipe."
Cela veut dire beaucoup de choses. Cela veut surtout dire que la victoire, seule, ne vaut rien, s’il n’y a pas la manière.
Et ceux qui se chargent de la manière et de mettre le sceau «qualité», ce sont les 10. (...)
Aujourd’hui, le football va de plus en plus vite, mais qui gagne des titres?
Ceux qui traitent bien le ballon, pas ceux qui sautent le plus haut ou qui courent le plus vite».
Ça résume bien sa philosophie de jeu.

Et le voila aujourd'hui à Marseille.
«Pour moi, le football n'est pas un travail, je suis un amoureux du football.
Ce club, l'OM, a une grande histoire, je veux continuer à l'écrire.
A om4ever, on est sur le même longueur d'ondes.».