OM Olympique de Marseille

Saison 2013/2014, Encore Guingamp

ACCUEIL SOMMAIRE
Déjà vainqueurs en 2009 de la Coupe de France, les Guingampais ont battu Rennes, samedi 3 mai au Stade de France (2-0), dans une finale exclusivement bretonne. Les buts ont été inscrits par Martins Pereira et Yatabaré. Le dernier trophée remporté par les Rennais date donc toujours de 1971.
Le cruel et simple rappel des faits suffit à crisper les mâchoires des amoureux du Stade rennais. Depuis quarante-trois ans et la dernière victoire en Coupe de France, le palmarès de Rennes n'a en effet pas bougé d'une ligne. Pis, les Rennais ont déjà échoué en finale de cette compétition en 2009 contre... Guingamp. Face aux voisins bretons, décomplexés, la pression incombe d'autant plus aux joueurs du club, qui appartient au milliardaire François Pinault.

Dès les premiers instants, les Guingampais prennent à la gorge leurs adversaires rouge et noir, bien amorphes. Les centres se multiplient, les duels remportés sont largement en faveur de Guingamp. Sur un ballon de Steeven Langil, Claudio Beauvue reprend en extension et oblige Benoît Costil à un arrêt du pied (7e). Une minute plus tard, un défenseur rennais traîne dans sa surface et permet à Christophe Mandanne, seul, de reprendre sans succès de la tête (8e). Christophe Kerbrat et Claudio Beauvue n'ont pas plus de réussite (9e et 12e).
Acculés dans leur moitié de terrain, les joueurs de Philippe Montanier n'arrivent pas à entrer dans cette finale, tant attendue. Et ils ne doivent jusqu'à présent leur salut qu'à une relative maladresse de l'En Avant de Guingamp. Mais sur un cafouillage rennais et un mauvais renvoi, le latéral Jonathan Martins Pereira reprend le ballon de volée, plein de volonté. Dévié, ce dernier termine dans la lucarne de Costil (38e, 1-0).
La réaction de Rennes tient plus du réflexe de survie lorsque le Norvégien Konradsen s'essaie à une lointaine tentative, sortie du bout des doigts par Samassa (39e). Au contraire, Guingamp enfonce le clou au retour des vestiaires. Sur un énième centre de Langil, complètement oublié par la défense, Mustapha Yatabaré double le score d'une belle tête piquée (46e, 2-0). Comme en Ligue 1, où ils l'ont emporté deux fois par 2-0, les Guingampais malmènent leurs rivaux.
La révolte rennaise sonne comme un aveu de faiblesse. Si les offensives se font plus pressantes, le danger n'est pas évident sur les buts de Samassa. Finalement, le Stade rennais évite le K.-O. grâce à un arrêt de Benoît Costil devant Yatabaré, idéalement trouvé à bout portant par le remuant Langil (53e). Bénéficiant des espaces de plus en plus importants au sein de la défense rennaise, Guingamp manque une nouvelle fois le troisième but : Claudio Beauvue croise trop sa frappe après une belle course (72e).

A la 78e minute, Thibault Giresse est lancé par son entraîneur Jocelyn Gourvennec. Le milieu de terrain guingampais participe à la fête, lui dont le très célèbre père, Alain Giresse, avait remporté la Coupe de France, il y a vingt-huit ans avec les Girondins de Bordeaux. Pas encore assuré du maintien en championnat (16e, 4 points d'avance sur le premier relégable), Guingamp disputera l'an prochain la Ligue Europa. Rennes, guère mieux loti (15e en Ligue 1), achève une nouvelle saison très moyenne.