OM Olympique de Marseille

11 novembre 1951 à Gerland Lyon OM 2 à 2

Accueil Sommaire
11 novembre 1951 à Gerland
Lyon OM 2 à 2 (2 - 0)

Arbitre Harzic , 14335 Spectateurs
BUT FLAMION (28'), DUPRAZ (41') ALARCON (67'), LANFRANCHI (71')
OM IBRIR - GRANSART, JOHANSSON, SALEM - NEKKACHE, SCOTT I -AZNAR, ALARCON - LANFRANCHI, ANDERSSON, CAUSSEMILLE Entraineur ROESSLER
LYON LERGENMULLER - GRILLON, RODRIGUEZ, BONVIN - JUILLARD, TICHY - WOEHL, FLAMION - NINEL, DUPRAZ, ROLLAND Entraineur HEISSERER
A la mi-temps de ce match Lyon-Marseille (2-2) on ne donnait plus cher des chances marseillaises. L'O.M. était, en effet, mené 2-0 et, par dessus le marché, son goal Ibrir, blessé dès le début du match, boitait perdant ainsi une partie de ses moyens.
Pourtant, faisant front à l'adversité... et à l'adversaire, le onze phocéen ne se décourageait pas, au contraire. Jouant avec bonheur l'interception, il accentua de plus en plus ses contre-attaques ; comme Andersson était neutralisé par Sauveur Rodriguez, il se replia légèrement et devint le stratège du quintette offensif marseillais, alors que Alarcon, habituellement distributeur, jouait en pointe, participant à tous les assauts et finissant par marquer le premier but de l'O.M., suivi, à 5 minutes, d'un second égalisateur signé par Lanfranchi.
Lyon termina fort mal cette partie, qui était à sa portée.
Son attaque pécha, une fois de plus, par indécision ; son jeu fut trop latéral et trop lent pour pouvoir déborder les défenseurs adverses, lesquels eurent tendance à s'affoler à plusieurs reprises.

Ibrir eut la chance d'avoir, en face de lui, des avants inefficaces car ses moyens physiques entamés, il risquait la catastrophe.
Seul des avants lyonnais, Woehl sortit son épingle du jeu. Le bouillant Ninel -sur qui on comptait beaucoup- était muselé par Salem.
Ninel fit tout de même marquer le premier but lyonnais, un de ses centres étant repris victorieusement par Flamion. Dupraz exploita ensuite un mauvais dégagement d'Ibrir pour marquer le deuxième but.
A la décharge de l'O.L. nous signalerons que Grillon fut blessé en début de deuxième mi-temps et que l'international termina à l'aile gauche, clopin-clopant, remplacé à l'arrière par Rolland, bien meilleur défenseur qu'attaquant.
Une des satisfactions de ce match : Bonvin s'impose maintenant comme un grand défenseur. Seule la précision de ses dégagements laisse encore à désirer.
Le jeu fut, dans l'ensemble, moyen . Lyon domina plus souvent que Marseille sans pouvoir concrétiser son avantage territorial par plus de deux buts, dont un sur maladresse du goal adverse.
A Lyon l'on commence à s'inquiéter de la faiblesse de la ligne d'attaque? Marseille est enchanté du résultat qui lui permet d'obtenir son cinquième match nul, dont trois à l'extérieur.