Zizou forever
« Zizou va réussir parce qu’il a le goût des autres  »

Zizou:
«J'ai pris la décision de ne pas poursuivre la saison au poste d'entraîneur du Real Madrid. Je pense que c'est le bon moment pour tous. Ce que je pense, c'est que cette équipe doit continuer à gagner et a besoin d'un changement.
Après trois ans, elle a besoin d'un autre discours, une autre méthodologie de travail. C'est pour ça que j'ai pris cette décision. J'aime beaucoup ce club. Je remercie le président qui m'a permis de venir jouer dans ce grand club. Aujourd'hui, pour moi, pour tous, il faut changer. C'est pour ça que j'ai pris la décision de ne pas poursuivre la saison prochaine
»
«Je vais rester proche de ce club. Ma décision va être compliquée à comprendre pour beaucoup mais pour moi, c'est le moment de changer. C'est aussi le moment pour les joueurs de le faire. C'est la décision adéquate. C'est bien pour eux d'entendre un discours différent pour pouvoir continuer d'avancer. Les joueurs sont au courant. Ils le savent tous»
«Mais je ne suis pas fatigué d'entraîner, mais je ne vais pas chercher d'autre équipe».

«Mon meilleur souvenir personnel, c'est quand le président m'a demandé d'être entraîneur. C'était un rêve qui se réalisait.
Au niveau du poste d'entraîneur, c'est notre sacre en Liga. Mon pire souvenir, c'est l'élimination en Coupe par Leganés
»

Zinedine Zidane tire sa révérence, il reste un seigneur.
Sergio Ramos : «Comme joueur et comme entraîneur tu as décidé de dire au revoir alors que tu étais au sommet. Merci pour ces deux années et demi incroyables. Ton héritage ne sera jamais effacé, l'un des plus beaux chapitres de l'histoire de notre bien aimé Real Madrid.»
Marcelo : «Mister Zizou. J'ai tellement appris à tes côtés. J'ai apprécié comme un enfant chaque entraînement, chaque conseil. Tu es très spécial pour moi ! Tu as fait l'histoire avec ton travail, ton dévouement, ta passion et surtout ton humilité ! Merci Mister»
Cristiano Ronaldo : «Je me sens simplement fier d'avoir été ton joueur. Mister, merci pour tout.»
Karim Benzema : «Je n’avais pas eu le plaisir de jouer avec toi frérot mais j’ai eu l’immense honneur de t’avoir comme entraîneur alors je te remercie du fond du cœur pour tout ce que tu m’as transmis et apporté . Bonne continuation à toi et aux tiens et peut être à bientôt challah.»
Isco : «Cela a été un honneur de travailler avec toi, d'apprendre tous les jours et de gagner tous ensemble car tu as réussi à faire de cette équipe quelque chose d'historique... Je te souhaite le meilleur.»
Casemiro : «Je n'ai pas les mots pour te remercier pour tout ce que tu as fait pour ce vestiaire, pour le Real Madrid et pour le «Madridisme». Cela a été une fierté et un privilège d'avoir comme entraîneur mon idole.»
Nacho : «Merci mister pour ce que tu m'as fait vivre durant ces deux ans et demi. Ton engagement pour le club et les joueurs ont toujours été la chose la plus importante et c'est pour cette raison que tu es une référence pour tous. Merci pour tout et bonne chance pour le futur.»
Lucas Vazquez : «Ce fut un vrai plaisir de jouer sous tes ordres, mister. Légende comme joueur, et maintenant tu l'es comme entraîneur. Ce fut un honneur d'apprendre et de gagner à tes côtés. Je te souhaite le meilleur. Merci et à bientôt.»
Dani Carvajal : «Zidane, je veux simplement te remericer pour ces deux ans et demi durant lesquels tu as été notre entraîneur, tu as été un professionnel incroyable tout comme ton staff. J'ai beaucoup appris en tant que joueur et personnes sous tes ordres. Je te souhaite le meilleur.»
Après seulement deux ans et demi sur le banc du Real de Madrid, Zizou devient le premier entraîneur à remporter trois Ligue des champions de rang.

Le Real s'est imposé face à Liverpool (3-1), dans la nuit de Kiev.

Son coaching a été décisif avec la rentrée de Bale.
Et avec toujours cette joie simple, cette sérénité.

Signe du destin, 25 ans après le triomphe de l'OM sur le Milan AC.
Son destin à lui est quelque chose d’impensable, d’irréel, de surnaturel.
Le Marseillais était déjà une légende dans les livres d’histoire, maintenant il aura droit à un tome pour lui tout seul.

Gagner trois Ligues des Champions comme entraîneur entre le 4 janvier 2016, jour de sa prise de fonction, et le 26 mai 2018 dépasse l’entendement.

Pour les très grands entraîneurs qui ont rêvé en vain toute leur vie de brandir une fois la Coupe, la grâce du Français doit être désespérante.

Une phrase, aussi courte que sublime d’Eric Carrière, ancien milieu de Nantes et de Lyon et voisin de Zidane au Centre de Droit et d’Economie des Sports de Limoges, nous revient avec insistance  :
« Zizou va réussir parce qu’il a le goût des autres  ».
Voilà comment, avec ce goût des autres, il a réussi à se faire aimer et à apprivoiser une troupe de jeunes hommes dont l’ego est aussi encombrant que la salle des trophées du stade Bernabeu. Il a des intuitions étincelantes  : dès qu’un joueur est remplacé, son successeur devient l’homme du match.
Trop de coïncidences ne peuvent plus être de la réussite ou de la chance mais plus sûrement une intelligence très fine des situations, un sens inné pour saisir les matches.
Zidane n’est peut-être pas un immense tacticien, mais il a un instinct diabolique.
S'il était le sélectionneur de l’équipe de France en Russie, le premier nom qu’il aurait coché sur sa liste aurait été celui de Karim Benzema, dont l’activité, la science du démarquage, du placement, des fausses pistes, la vision et la compréhension du jeu font briller ses partenaires.
Zinedine Zidane et Marseille, c’est une longue histoire.

"L’OM c’est mon club de coeur.
On était tous à fond pour l'OM dans ma famille, mais c'est surtout avec les copains que je partageais ça.
C'est avec eux qu'on partait de la cité en bus, en métro et parfois même à pied pour rejoindre le Vélodrome.
Et quand tu ratais aussi le dernier métro, fallait aussi rentrer à pied !
"

Zizou et l'OM
"Quelque part, au fond de moi, j'aurai toujours ce petit regret de ne pas avoir joué à l'OM.
Quand je vois comment je parle de Marseille, comment je pense Marseille, et me dire que je ne suis jamais venu à l'OM...
Mais j'ai mes bonnes raisons en fait.
Parce qu'en venant à Marseille, je serais resté tout le temps avec mes copains.
Donc j'aurais divorcé, je serais resté du matin au soir avec mes copains.
C'était juste pas possible. J'avais une autre pensée de ma carrière.
"
Retour sur sa nomination en Janvier 2016

Le 4 janvier 2016, Florentino Perez, président du Real, a sonné à sa porte.
Il était prêt. Rafael Benitez, le successeur d'Ancelotti, avait tout fait de travers. L'équipe était à reconstruire. Il s'y est attelé avec un talent fou d'architecte, de psychologue et même de D.R.H. Il a redonné confiance à un groupe qui n'en avait plus, a fait preuve de beaucoup d'autorité pour faire comprendre à Cristiano Ronaldo que pour aller loin, il fallait qu'il ménage sa monture.

Que le Portugais ait réussi à admettre que la finalité du foot, ce n'était pas de jouer tous les matches pour marquer plus de buts que Messi démontre l'inestimable savoir-faire de Zidane, pour qui les remplaçants sont des joueurs à part entière.
Et tout le monde semble heureux, cela se voit à de petits détails. Dans le vestiaire du Real, le plus caractériel du monde à ce qu'on dit, faire régner l'harmonie est une mission quasi impossible.

Zidane l'a menée à bien.
Adessias Magicien
Il n,'a jamais joué à l'OM, et pourtant Zizou est un fils de Marseille.
Il a tiré sa révérence lors d'une finale, une de plus.