OM Olympique de Marseille

Coupe de France 1943 l'OM et Bordeaux 2 à 2

Premier Match 9 Mai 1943 Stade de Colombes OM Bordeaux 2 à 2 ( 1 - 0 , 2 - 2 )

Arbitre  Mr Sdez, 32500 spectateurs
Buts Pironti (4e) Robin (55e) Patrone csc (56e) Persillon (82e)
OM Delachet - Patrone, Gonzales, Veneziano - Bastien, Olej - Dard, Scotti, Aznar, Robin, Pironti.
Bordeaux Gérard - Homar, Normand - Ben Ali, Mao, Ben Arab - Rolland, Nemeur, Urtizbera, Persillon, Arnaudeau

Match rejoué victoire de l'OM 4 à 0
ci-joint Vidéo du site de l'ina.fr

Articles Miroir des Sports 14 Mai 1943
La Coupe Charles Simon 1943 n'ira cependant ni à Lens, ni à Toulouse.
L'OM s'est qualifié en battant Perpignan en demi-finale 3 à 0 au Stade Vélodrome.
Les Marseillais sont opposés aux Girondins de Bordeaux qui ont éliminé Lens dans leur zone.
L'équipe Artésienne a perdu devant les Girondins (1-2) sa chance de jouer la finale toutes zones devant l'O.M.
Le 9 Mai au Parc, Bordelais et Marseillais ne peuvent se départager (2-2).
Au centre de la défense girondine, l'anguleux Francisco Matéo, rescapé quelques mois plus tôt d'un grave accident de la route, a réussi à contenir le fougueux Aznar et ses jeunes coéquipiers. Georges Dard, Scotti, Robin et Pironti.
Pironti et Robin on marqué mais Patrone contre son camp permet aux Girondins de réduire le score avant que Persillon égalise
Finale à rejouer.
Mais un peu plus tard, on apprend que l'O.M. a porté réclamation, et c'est alors qu'éclate "l'affaire Nemeur".
Ce joueur nord-africain, qui a opéré au Havre avant-guerre, a été affecté à Bordeaux par la Fédération elle-même en début de saison lors de la promulgation des décrets Pascot.
Mais il paraît que sa licence a été enregistrée hors des délais fixés par le règlement de la Coupe, dont Nemeur a pourtant joué tous les matches !Stupeur des dirigeants bordelais...
Ils ont beau arguer de leur bonne foi, leur équipe est disqualifiée, Marseille est déclaré vainqueur.
Mais le Colonel Pascot décide de lui même qu'on ne peut gagner une finale sur le tapis vert et oblige les deux équipes à rejouer
Il est bon, il est heureux, il est juste que la finale Bordeaux-Marseille ait été gagnée par les Provençaux sur le terrain de jeu.
Toutes les préventions, plus ou moins conscientes, plus ou moins sentimentales, plus ou moins solides en droit, contre les Méditerranéens sont tombées d'elles-mêmes devant l'évidence de la supériorité phocéenne, devant la netteté de la victoire marseillaise. Tous les préjugés favorables aux Bordelais ont été petit à petit abandonnés, comme la laine des moutons aux ronces du chemin...

Quel partisan même aveugle et fanatique de Marseille, regrette aujourd'hui le succès acquis sur la pelouse du stade et la Coupe emportée triomphalement, solennellement, publiquement et non expédiée par le train discrètement et presque clandestinement ?

La deuxième finale verra la victoire de l'OM 4 buts à 0
Demi-finale OM Perpignan (3 - 0) au Stade Vélodrome