OM Olympique de Marseille

OM saison 1977-1978

Première Division 4eme, 47 points
70 Buts Pour41 Buts Contre

Président :Monsieur d'Agostino

Entraîneur : Ivan Markovic (You) avec Josip Skoblar comme Directeur Sportif
Equipe-type Migeon - Baulier, V Zwunka, Trésor, Bracci - J Fernandez, Linderoth, Bacconier - Boubacar, Berdoll, Flores -

Remplaçants: Bacconnier, Chancelier, C.Fernandez, R.Gransart, Lamberti, Lendo, N'Gom (Sen), Emon
Buteurs : Boubacar (21), Berdoll (20), Florès (8), Emon et Trésor (4), Truqui (3), Bacconnier, Linderoth et V.Zvunka (2), Bracci, R.Gransart et N'Gom (1) et un but csc d'Amouret (Rouen).
Tresor, Zvunka, Bracci, Baulier, Migeon, Fernandez, Truqui, Berdoll, Flores, Boubacar, Linderoth
Résumé de la Saison Toutes les rencontres de l'OM saison 1977/1978 en détail
L'arrivée de Skoblar à la direction technique allait avoir dans un premier temps des effets extrêmement bénéfiques.
Il réduisait l'effectif dans des proportions notables, transférait Alonso, Yazalde, Bereta rappelait Boubacar, confiait à Florès un rôle d'organisateur, et enfin enrôlait un buteur, Berdoll, et un super-technicien, Linderoth.

Le petit Suédois recommandé par Magnusson, serait l'élément catalyseur d'une équipe séduisante, ratant de peu une coupe européenne, après avoir été un moment leader.

Dommage, d'autant plus que l'embellie n'ira pas au-delà de la saison.
La mise à l'écart d'Albert Emon, provoquant bientôt son départ pour Monaco, avait mal été acceptée par Trésor, son grand ami.

1ère

OM-SOCHAUX

4 - 0

20ème

OM-ST ETIENNE

3 - 0

2ème

ST ETIENNE-OM

2 -1

21ème

LAVAL-OM

2 - 1

3ème

OM-LAVAL

0 - 1

22ème

OM-LENS

4 - 0

4ème

LENS-OM

3 -2

23ème

PSG-OM

5 - 1

5ème

OM-PSG

2 - 1

24ème

OM-MONACO

2 - 2

6ème

MONACO-OM

2 - 3

25ème

BASTIA-OM

2 - 0

7ème

OM-BASTIA

2 - 0

26ème

OM-NANCY

1 - 1

8ème

NANCY-OM

1 - 1

27ème

REIMS-OM

0 - 0

9ème

OM-REIMS

2 - 1

28ème

OM-BORDEAUX

4 - 0

10ème

BORDEAUX-OM

1 - 2

29ème

STRASBOURG-OM

2 - 1

11ème

OM-STRASBOURG

1 - 0

30ème

VALENCIENNES-OM

1 - 2

12ème

OM-VALENCIENNES

3 - 0

31ème

OM-LYON

4 - 0

13ème

LYON-OM

4 - 2

32ème

NICE-OM

1 - 1

14ème

OM-NICE

2 - 0

33ème

OM-ROUEN

4 - 1

15ème

ROUEN-OM

0 - 2

34ème

NANTES-OM

1 - 0

16ème

OM-NANTES

2 - 2

35ème

OM-METZ

4 - 0

17ème

METZ-OM

0 - 2

36ème

NIMES-OM

2 - 1

18ème

OM-NIMES

1 - 1

37ème

OM-TROYES

0 - 1

19ème

TROYES-OM

0 - 1

38ème

SOCHAUX-OM

1 - 2

Mais surtout, fait curieux, Skoblar avait lui-même introduit dans la place son plus terrible ennemi : Ivan Markovic, dit "Djalma" , un curieux globe-trotter du football qu'il avait fait venir de Toronto pour entraîner l'équipe.
Tâche dont il devait s'acquitter avec compétence et enthousiasme dans un premier temps.
Mais le patron, c'était Skoblar. Et les journaux ne parlaient que de Skoblar. D'autant plus que le discours de Markovic était souvent confus.
S'il avait mieux maîtrisé la langue française, si l'on avait plus souvent parlé de lui, peut-être n'eût-il pas cédé à la jalousie.

En tout cas, cette saison 1977-1978 va être très méditerranéenne !
Car Saint-Étienne, encore meurtri par ses déconvenues européennes et la perte de son titre, n'est plus dans la course.
Trois clubs du Midi convoitent la succession d'un FC Nantes qui a conservé son effectif et sa qualité de jeu, mais qui a laissé des plumes dans les combats européens contre le Dukla Prague (qu'il a éliminé) et l'Atletico Madrid (qui l'a éliminé).
On voit d'abord réapparaître, leader avant la trêve hivernale, l'OM de Josip Skoblar, avec l'appoint d'un Berdoll et d'un Boubacar.
Mais les Marseillais ne tiennent pas la distance.
Une défaite à Paris contre le PSG 5 à 1 stoppe un peu l'élan des Olympiens, qui vont malheureusement coincer dans la dernière ligne droite, après une défaite à Nantes, à Nimes et à domicile contre Troyes.
En Coupe, l'OM s'incline contre Sochaux à domicile 1 à 0 après un match nul 0 à 0 dans le Doubs..
Nice, longtemps aux premières loges grâce à la science de Guillou et au punch de Bjekovic, va faiblir en fin de parcours.
Comme d'habitude.
A quatre journées de l'arrivée, les Nantais battent l'OM 1 à 0 avec u but de Baronchelli et semblent en mesure de garder leur couronne.
Mais voilà qu'une étonnante équipe monégasque se met à gagner tous ses matches : à Lens, contre Saint-Étienne, au Parc des Princes contre le Paris Saint-Germain, contre Metz (4-0, buts d'Onnis) avant de conclure le 2 mai par une ultime victoire sur des Bastiais en pleine finale aller-retour de la Coupe de l'UEFA, qu'ils vont jouer et perdre face au PSV Eindhoven, au terme d'une campagne mémorable.

Nantes qui s'est incliné à Rouen le dernier jour, finit à un point de Monaco et lui cède son titre tandis que Strasbourg, troisième, a préparé des lendemains qui chantent.
Étonnants Monégasques qui, dix mois auparavant, sortaient de Division 2 !
A leur tête, l'habile et truculent Lucien Leduc, qui a repris du service pour remettre le club sur la bonne voie comme en 1963.

Tandis que la Coupe de France est partie faire un tour en Lorraine, à Nancy, par la grâce d'un Michel Platini qui a crucifié les malheureux Niçois en finale (1-0) avant de partir en Argentine pour y disputer sa première Coupe du monde.

Quant à l'OM, ça va se gâter la saison suivante.
Coupe de France
32ème de finale : OM-Brest 1-0
16ème de finale : Troyes-OM 2-2 puis (match retour) 0-3
8ème de finale : OM-Bordeaux 1-0 puis (match retour) 2-0
1/4 de finale : Sochaux-OM 0-0 puis (match retour) 1-0
Buteurs : Berdoll (6), Bacconnier, Boubacar et Linderoth (1).
EQUIPE TYPE
1977/78
4 3 3