OM Olympique de Marseille

La Saison 1980-1981, sauvé par les minots

Deuxième Division 6eme, 39 points
40 Buts Pour 33 Buts Contre

Président :Monsieur Carlini puis (avril 1981) Monsieur Setta
Entraîneur : Jean Robin puis (septembre 1980) Albert Batteux puis (avril 1981) Roland Gransart
Equipe-type Levy, Anigo, Caminiti, Lopez, Gransart, De Bono, Garcia (Chancel) , Castellani, Pascal, Francini, De Falco (Di Meco)
Joueurs licenciés en Avril: Bacconnier, Buigues, Djébali (Alg), A.Domenech, H.Florès, O.Florès (Arg), Lechantre, Migeon, Minassian (URSS), N'Gom (Sen), Tallineau, Truqui et V.Zvunka.
Buteurs : N'Gom (14), Pascal (7), H.Florès (4), Buigues et Lechantre (3), De Falco et V.Zvunka (2), Djébali, Castellani, Flos et R.Gransart (1) et un but csc du Montpelliérain Mayot.
Caminiti, Lévy, Lopez, Anigo, Gransart, Castellani, de Falco, Pascal, De Bono, Flos, Francini, les minots sauvent l'OM
Résumé de la Saison Toutes les rencontres de l'OM saison 1980/1981 en détail
L'OM repart en D2 avec une nouvelle équipe.
Toutes les vedettes dont Trésor et Six sont partis.
Djebali, Albert.Domenech, Oscar.Florès (Argentin), Lechantre, Minassian (Arménien), Tallineau sont recrutés.
Jean Robin a en charge l'entraînement, il sera ensuite remplacé par Albert Batteux.
Résultat très moyen, plus d'argent dans les caisses, au mois d'avril 1981, l'OM appartenait au passé.
Tout le personnel appointé fut mis en chômage technique : Gérard Migeon, Victor Zvunka, Albert Domenech (le frère de Raymond), Daniel Tallineau, Gérard Bacconnier, Jean-Pierre Truqui, Oscar Florès, Robert Buigues, Arthur Minassian, Hervé Florès, Pierre Lechantre, Moncef Djebali, Michel N'Gom, ainsi que les cadres Bernard Bosquier, Lucien Cossou et ... Albert Batteux, l'ancien entraîneur mythique du grand Stade de Reims des années 1950 que l'on avait supplié de venir quelques mois plus tôt et qui devait bien regretter d'avoir tenté l'aventure.

Ci-dessous l'effectif du début de saison

1èreST

MONTPELLIER - OM

3 - 1

18èmeST

LIBOURNE - OM

2 - 1

2èmeST

OM - LIBOURNE

2 - 0

19èmeST

OM - BESANCON

2 - 1

3èmeST

BESANCON - OM

2 - 1

20èmeST

CANNES - OM

0 - 2

4èmeST

OM - CANNES

1 - 1

21èmeST

OM - G. AJACCIO

0 - 0

5èmeST

G. AJACCIO - OM

1 - 1

22èmeST

ANGOULEME - OM

2 - 0

6èmeST

OM - ANGOULEME

2 - 1

23èmeST

OM - GUEUGNON

1 - 0

7èmeST

GUEUGNON - OM

1 - 0

24èmeST

THONON - OM

2 - 0

8èmeST

OM - THONON

0 - 1

25èmeST

OM - MARTIGUES

3 - 0

9èmeST

MARTIGUES - OM

1 - 2

26èmeST

BEZIERS - OM

2 - 0

10èmeST

OM - BEZIERS

0 - 0

27èmeST

OM - TAVAUX

3 - 1

11èmeST

TAVAUX - OM

2 - 1

28èmeST

SAINT DIE - OM

2 - 1

12èmeST

OM - SAINT DIE

1 - 0

29èmeST

OM - GRENOBLE

1 - 0

13èmeST

GRENOBLE - OM

1 - 3

30èmeST

CORBEIL - OM

1 - 1

14èmeST

OM - CORBEIL

2 - 1

31èmeST

OM - TOULOUSE

1 - 1

15èmeST

TOULOUSE - OM

3 - 1

32èmeST

AVIGNON - OM

0 - 1

16èmeST

OM - AVIGNON

1 - 0

33èmeST

MONTLUCON - OM

0 - 0

17èmeST

OM - MONTLUCON

1 - 0

34èmeST

OM - MONTPELLIER

3 - 1

Et pourtant, le vieux club allait tout de même survivre, Jean Sadoul, le président du Groupement des clubs professionnels (ex-future Ligue nationale de football), parvint à mettre en place des structures provisoires en attendant un éventuel concordat. L'OM conserva Jean Robin et Roland Gransart comme entraîneurs deux joueurs professionnels, Christian Caminiti et Michel Castellani, et toutes ses équipes de jeunes. Il fallait finir la saison coûte que coûte.
Ce que personne n'aurait pu prévoir, c'est qu'avec ces gamins -ceux-là mêmes qui, deux ans plus tôt, avaient enlevé la Coupe Gambardella-, cet OM de l'An II n'allait perdre aucune des six rencontres restant à disputer.
Contre Grenoble, l'OM arrache la victoire 6800 spectateurs avec un but de Castellani à 8 minutes de la fin.
C'est le début de l'aventure.
Les Minots battent même le futur champion Montpellier au cours du match des adieux (3-1) et seront à la base de l'équipe qui remontera en 1984.
Marc Lévy, José Anigo, Jacques Lopez, Christian Caminiti, Roland Gransart, Jean-Yves Francini, Jean-Charles De Bono, Marcel De Falco, Eric Di Méco, François Lapinta, Marc Pascal, Michel Castellani, Serge Blum, Eric Terrones, Michel Flos, Jean-Jacques Garcia, Thierry Chancel placèrent ainsi le club sur le chemin de la survie
Sinon, la saison sera illustrée par la piteuse affaire des bolivars qui devaient venir du Venezuela pour alimenter la caisse du club.
12 ans plus tard, un des minots, Éric Di Meco gagnera la Ligue des Champions, mais çà, c'est une autre histoire.
Un grand bravo à tous ces jeunes, et aussi à l'un d'entre-eux, José Anigo, qui deviendra plus tard entraineur de l'OM après avoir dirigé le centre de formations.
Il menera l'équipe en Finale de l'UEFA puis deviendra Directeur Sportif du club.

Coupe de France
6ème tour : Saint Tropez-OM 2-1
Buteur : H.Florès (1)
En première division, Saint-Étienne va reconquérir un nouveau titre 5 ans après.

Dans le groupe, seuls Gérard Janvion, Jacques Santini et Christian Lopez étaient de l'aventure en 1976, à ce jour dernier titre en date de l'équipe.
Avec Michel Platini à la baguette, l'AS Saint-Étienne s'appuie aussi sur Johnny Rep, Laurent Roussey, Jacques Zimako et Jean-François Larios.
A peine perturbé par l'affaire de la caisse noire, qui éclate (ce n'est pas une blague) le 1er avril, le club effectue la course en tête, sérieusement talonné par les Nantais de Jean Vincent.
Le duel s'étale sur toute la saison, l'écart ne dépassant jamais un point entre les deux formations.
Finalement, seule la trente-huitième et ultime journée du championnat désigne le vainqueur. Saint-Étienne conserve sa maigre avance, grâce à sa victoire face aux Girondins de Bordeaux. Michel Platini, du pied et de la tête, inscrit en première mi-temps ses dix-neuvième et vingtième réalisations de l'année, ce qui lui permet de terminer à quatre unités du Tourangeau Delio Onnis.
Cette équipe s'illustre avec un match extraordinaire à Hambourg par 5 à 0 avec Platini à la baguette.

Bastia gagne la coupe contre Saint-Étienne.

Mais l'OM l'a échappé belle.
EQUIPE TYPE
1980/81
4 3 3