OM Olympique de Marseille

Octobre 1931 Sete bat l'OM 4 à 1 en Championnat du Sud-Est

Sete bat l'OM 4 à 1 (2 - 1) aux Métairies à Sete
5000 Spectateurs
Arbitre Mr Marenco
Buts 4 de Dubus pour Sète Alcazar pour l'OM
F.C. Sète : Fronds ; Hamman, Chardar ; Lucibello, Bastide, Féjean ; Moulin, Gumei, Dubus, Chalvidan, Kalix.
O. Marseille : Allé ; Pellegrin, Jacquier ; Aquaron, Lombard, Rabik ; Durand, Wernicke, Boyer, Alcazar, Gallay.
Partie plus mouvementée que brillante, plus confuse qu'ordonnée, cet après-midi, par très beau temps, sur le terrain du stade des Métairies.
Selon l'ordinaire, dans les matches Sète-Marseille disputés à Sète, l'équipe locale a triomphé ; mais, cette fois, par le résultat très net de 4 à 1 et après avoir fourni, en seconde mi-temps, un effort plein d'allant et d'efficacité qui enthousiasma les quelques 5.000 spectateurs.
Les Dauphins qui se sont réhabilité de leur mauvais début de championnat, ont pris, cet après-midi un bon départ, marquant deux buts en première mi-temps et deux autres après la reprise, les Marseillais s'étant contentés de réagir très vivement, dans le dernier quart d'heure de la première mi-temps. Ils obtinrent alors un but et ils avaient la haute main sur le match quand les équipes regagnèrent le vestiaire.
Mais le repos leur fut fatal, tout au moins permit-il aux Sétois de se refaire un moral et de rentrer sur le terrain avec la volonté de vaincre. Cette volonté, ils l'imposèrent d'une manière à peu près constante en seconde mi-temps.
Dubus marqua les quatre buts pour Sète, mais il manqua presque tous ses shoots, ce qui paraît contradictoire.
Affaibli par une rage de dents, la veille de la rencontre, il botta faiblement et maladroitement du pied droit, en conservant cependant assez de présence d'esprit pour reprendre le ballon du pied gauche, c'est ainsi qu'il marqua les deux premiers buts.
Le troisième il le réussit à la fin d'un bombardement en règle du but marseillais, le quatrième fut un ballon reçu en rebond et que, de la pointe, il enleva hors d'atteinte de Jacquier.
Comment Allé se laissa-t-il tromper par ce ballon ? Je ne suis pas arrivé à le comprendre;
Il faut croire qu'Allé découragé ne trouvait plus aucun intérêt ni le moindre goût au jeu.
Donc, Dubus marqua les quatre buts sans fournir un grand jeu, son mérite fut, toutefois, de se dépenser sans compter et il profita de l'aide précieuse de Chalvidan, meilleur constructeur de football que réalisateur.
L'intérieur droit Gumel compléta honorablement, par sa vitesse et son contrôle du ballon, la triplette du centre.
A Marseille,un Pellegrin, mal rétabli d'une entorse, fut médiocre, les demis aussi, et les avants , qui sont la force de l'équipe, mais qui furent privés du ballon, durent jouer par à-coups.
Alcazar fut le meilleur : il marqua le but et surtout il travailla énormément en faveur de Boyer et de Gallay, mais il fut à peu près seul à approvisionner, et ce n'était pas suffisant pour contre-balancer les efforts et les tentatives des Sètois.
L'arbitre, M. Marenco, se laissa déborder par la difficulté de sa tâche et siffla un peu à tort et à travers.