OM Olympique de Marseille

1957/1958 L'OM sauve sa saison en tenant en echec Sedan

11 Mai 1958 Stade Vélodrome,
l'OM et Sedan 1 à 1 (0 - 0)

Arbitre Mr Fauquenberghe 17538 Spectateurs

BUT VESCOVALI (61') BRENY (85')

OM PREDAL, GRANSART, MARCEL, PALLUCH, LEONETTI, MOLLA, VESCOVALI, AMALFI, RUSTICHELLI, JENSEN, CURYL Entraineur ZILIZZI
SEDAN VINCENT, MARYAN, Ch. OLIVER, FULGENZY, SALZBORN, Célestin . OLIVER, BRENY, LEFEBVRE, TILLON, GAEREMYNCK, STAMM Entraineur DUGAUGUEZ
Marseille sauvé par un Brésilien et un Corse, La Bonne Mère a été remerciée dimanche soir à Marseille.
Dirigeants, joueurs et suppotrers ont rendu grâce aux dieux du football -s'il y en a.
C'est à dire que l'équipe de l'O.M. n'a pas pris une part prépondérante dans le sauvetage de dernière heure du club phocéen, car si l'O.M. est sauvé aujourd'hui tout reste encore à faire pour que le grand club retrouve son lustre d'antan.


C'est à la suite d'un match sans envergure que les Marseillais ont gagné leur salut. Un match sans passion, sans ambiance.

Aucune intensité, aucun moment vraiment dramatique au cours de ce Marseille-Sedan (1-1) et les candidats aux émotions fortes ont dû se retirer bien déçus.
Les Sédanais n'y sont pour rien.
On connait leur esprit du jeu, mais le malheur voulut pour eux, qu'ils arrivent à Marseille un tantinet émoussés par le match de coupe Drago joué contre Montpellier le jeudi auparvant.
Ils défendirent cependant leur match normalement, sans faire pour cela le match de leur vie (ils n'en avaient d'ailleurs pas besoin) mais sans négliger non plus leurs chances de succès.
Le jeu des Ardennais était plus pensé, mieux construit et les mouvements de leur ligne d'attaque révélèrent une bonne organisation collective.
Et si l'O.M. finalement s'est tirée d'affaire devant cette équipe mieux soudée, elle le doit à un Brésilien et à un Corse.
Le Brésilien c'est Yeso Amalfi. Dimanche, après avoir fait un match de premier ordre, Amalfi était peut-être avec M. Zaraya celui qui tirait le plus de satisfaction morale de ce maintien de Marseille en Division I.
Amalfi est un individualiste, mais il sait défendre les causes qu'il épouse.
Deuxième sauveur de l'O.M. en ce dimanche torride et venteux à la fois : le corse Vescovali. Lui n'est pas une étoile. Il n'est pas le seul représentant de l'île de Beauté puisqu'il se trouve également dans cette équipe les Rustichelli, Leonetti et Prédal.
Mais Vescovali mérite ce qualificatif de sauveur parce qu'il a marqué un fort joli but (un centre de Rustichelli, 61e) et une tête bien placée (envoyant la balle sous la transversale).
Heureusement que Vescovali marqua ce but car 24 minutes plus tard, l'O.M. croyant sans doute avoir fait tout son devoir, se relâcha et laissa Brény avec la complicité de Salzborn inscrire un but en toute liberté.
A ce moment-là Marseille avait déjà sauvé sa peau, mais c'est Sedan qui sauvait l'honneur.