OM - Gazelec Ajaccio 1 - 1, poussif

OM - Gazelec Ajaccio1 - 1 (1 - 1)
Arbitre Mr Rainville, 40298 Spectateurs
Buts Zoua (19eme sur penalty), Batshuayi (37eme)

OM : Mandanda (cap) - B.Dja Djedjé, Nkoulou, Rolando, B.Mendy - L.Diarra puis Romao 73e, Isla - Barrada, Cabella puis Ocampos 80e , Nkoudou puis L.Silva 73e- Batshuayi
GFC Ajaccio : Maury - Sylla, Brechet, Mangane, Coeff - Ducourtioux, Le Moigne, Larbi puis Poggi 84e, Youga puis Djokovic 77e- Zoua, Dia puis Tshibumbu 41e
Encore un échec auVélodrome
Match nul certes, mais un point par un point, on n y arrive pas
Après Montpellier, c'est encore une déception
En première mi-temps, les visiteurs étaient bien souvent les premiers sur les ballons, récupérant tous les contres favorables.
A un penalty de Zoua à la 19eme minute après une faute inutile de Mendy sur Dia, Batshuayi répondit de la tête sur un centre de Cabella (37eme)
Une belle action initié par Nkoudou, relayée par Barrada sur Cabella qui plaça le ballon où il le fallait.
Mais on ne peut pas dire que cette mi-temps nous fit vibrer.


Ensuite, l'arbitre n'a pas arrangé les choses.
Car après avoir refusé à Larbi un but valable (ci-contre) , Mr Rainville expulsa de manière scandaleuse Barrada pour une faute qui ne méritait même pas un carton jaune.
Après, que d'imprécisions, bien que Diarra toujours présent n'essaye de réorganiser les choses...
En vain.
Certes Batshuayi se battît comme un lion mais il ne put conclure des occasions qu'il se créa tout seul comme à la 65 eme minute
Le Gazelec n'en demandait pas tant.
Les hommes de Laurey bien organisés contre-attaquèrent dès qu'ils le purent mais sans trop de génie, qu'on ne leur demande pas d'ailleurs, eux qui jouaient encore en National il y a peu.
Heureusement car derrière la défense centrale fut encore fébrile et incertaine
Dja Djédjé montra de bonnes choses sur son côté droit, mais ce fut insuffisant pour tromper une défense corse bien en place.
Diarra quitta le terrain à 20 minutes de la fin, dès lors les choses se compliquèrent pour construire quelque chose de cohérent.
Romao, et Lucas Silva remplaçant lui Nkoudou, firent se qu'ils purent, mais on continua à s'ennuyer ferme.
Avec un Isla un peu poussif, on peut dire que le milieu olympien sans Diarra fut vraiment inconsistant durant le dernier quart d'heure.
Avec toujours cette impression de ne pas savoir quoi faire du ballon.

Larbi eut même la balle de match à la 83eme minute, heureusement il fut un peu court.
Les deux équipes n'avaient plus de gaz, c'était bien le mot de le dire, mais le Gazelec a au moins des excuses.
Poggi qui a tout connu depuis le CFA entra en jeu à la 85eme minute, histoire de montrer qu'avec des petits moyens, on peut faire de belles choses.
Les dernières minutes furent les plus pénibles de la saison, même avec la rentrée d'Ocampos.
Ce dernier centra bien pour Batshuayi dans les arrêts de jeu, mais Michy au bout du rouleau ne put conclure.
Les supporters quittèrent le Vélodrome avant la fin, et tout se termina dans l'indifférence générale.
Navrant...

Thierry Laurey devait se rappeler les grandes heures du Vélodrome en 86/87, lui qui animait le milieu marseillais avec l'inimitable Gigi Giresse, Gérald Passi et Sliskovic.
il préféra ne pas en parler, mais sur la comparaison, n'en pensa pas moins certainement, 29 ans plus tard.
«L’expulsion à vitesse normale m’a parue sévère. C’est mon opinion. Le but me paraissait valable à vitesse normale aussi. Ça nous empêche de l’emporter. On a mené rapidement, c’était bien. Après on s’est précipité et on a perdu beaucoup de ballons. Ils ont égalisé, mis un beau but. On a essayé d’être plus compact mais on a subi.
Psychologiquement, ça peut être un piège d’être en supériorité. On avait un peu «le cul entre deux chaises». On n’a pas su être assez présents devant les buts de Mandanda.
«L’OM à 10, a fait un gros match "sic", ils auraient pu marquer. Si on nous avait dit que l’on prendrait un point au Vélodrome, on aurait signé. Ça nous fait 8 matches sans défaite. On a encore un match à la maison, on va se reposer. On était un peu fatigué. Sur la dernière quinzaine, on a enchaîné des matches et on a laissé des plumes.
«L’OM était à son 7e match en trois semaines. J’en ai beaucoup parlé. Une équipe comme l’OM doit jouer de la même manière à domicile et à l’extérieur. Il faut être un peu tolérant. On savait qu’il y aurait des possibilités face à cette équipe.
«On a changé de système à la mi-temps parce que l’on n’avait pas la maîtrise voulue. Ça n’a pas amélioré le rendement des deux équipes. Un match moyen de la part des deux équipes. Tout est logique mise à part la décision arbitrale.
»
Notre Dame de la Garde n'a pas encore vu l'OM gagner....snif